A PROPOS

LA CHIRURGIE PLASTIQUE, RÉPARATRICE ET ESTHÉTIQUE


POSEZ VOTRE QUESTION

 

La Chirurgie Plastique, Réparatrice et Esthétique est la chirurgie de la peau et des tissus mous non viscéraux. Cette spécialité couvre beaucoup de domaines. On dit parfois que nous, Chirurgiens Plasticiens, sommes les derniers Chirurgiens Généraux, puisque nous sommes formés pour opérer la peau et les tissus mous de toutes les régions du corps, de la tête aux pieds. Nous intervenons aussi parfois sur le squelette de la face (nez, menton), et nous sommes également les référents en matière de sutures et de cicatrisation. 
 

1) Chirurgie Plastique et Réparatrice

La Chirurgie Plastique utilise la souplesse de la peau (appelée laxité) pour éliminer un excédent de peau, ou recouvrir des pertes de substance. Nous intervenons aussi sur la graisse sous-cutanée, soit en la supprimant définitivement (lipoaspiration, cryolipolyse), soit en la transférant dans un autre endroit du corps (lipostructure).

La Chirurgie Réparatrice intervient :

  • après l’ablation de tumeurs cutanées (bénignes ou malignes) ;
  • après un traumatisme ayant engendré des séquelles (plaies, brulures, cicatrices disgracieuses) ;
  • dans le cadre de dégradations corporelles (après grossesse, perte de poids) ;
  • dans le cadre de certaines « malformations ».

Elle concerne :

  • le visage ;
  • les seins (dans le cadre de malformations, d’hypertrophie, d’hypoplasie sévère, d’asymétrie ou après cancer) ;
  • le reste du corps (abdomen, membres).

 

La Chirurgie Plastique et la Chirurgie Réparatrice sont prises en charge partiellement par l’Assurance Maladie, sous certaines conditions, et dans ce cas, elles peuvent bénéficier d’un arrêt de travail éventuel. L’Assurance Maladie permet la prise en charge de certaines interventions selon des critères précis, listés dans la classification commune des actes médicaux (CCAM). Cette CCAM est à la disposition du grand public (http://www.ameli.fr/accueil-de-la-ccam/index.php). Les critères de prise en charge ont été décidés par des médecins de la Sécurité Sociale, et non par les chirurgiens.

Si le patient ne satisfait pas à ces critères, il s’agira de Chirurgie Esthétique, dite « hors Sécurité Sociale », 100% payante.


2) Chirurgie Esthétique

La Chirurgie Esthétique ne bénéficie d’aucune prise en charge, ni par l’Assurance Maladie, ni par les Mutuelles, car ils la considèrent comme une chirurgie de « confort ». Les vertus thérapeutiques de la Chirurgie Esthétique ne sont pourtant pas à démontrer (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22795456).

La prescription d’un arrêt de travail est interdite dans le cadre de la Chirurgie Esthétique
Ce n’est pas le Chirurgien qui décide si une intervention est du domaine de la chirurgie plastique ou du domaine de la chirurgie esthétique, mais l’Assurance Maladie, ou plus précisément la classification commune des actes médicaux (CCAM) (http://www.ameli.fr/accueil-de-la-ccam/index.php). La Chirurgie Esthétique concerne les patients ayant recours à la chirurgie anti vieillissement, mais également beaucoup de patients qui ne satisfont pas les critères de prise en charge dictés par la CCAM (hypoplasie mammaire, ptose mammaire, relâchement cutané abdominal, vergetures, amas graisseux localisés...). Et ce n'est pas parce que certaines disgrâces ne sont pas « prises en charge » que l'intervention n'est pas justifiée, ou qu'elles ne sont pas source de souffrance psychologique importante.

Considérant la Chirurgie Esthétique comme « non thérapeutique », l’administration fiscale a décidé en 2012 de mettre en place de la TVA, actuellement au taux de 20%, sur tous les actes non pris en charge.